• Marie-Laure Buisson

Commémoration 6 juin 1944

Le 6 juin 1944, les alliés lancent l’opération « Neptune » lorsque 156 000 hommes débarquent en Normandie sur les 5 plages renommées pour l’occasion Utah Beach, Omaha Beach, Gold Beach, Juno Beach et Sword Beach. Face à eux, 105 000 hommes de l'armée d'occupation allemande ne savent pas que la plus grande opération amphibie et aéroportée de tous les temps vient de commencer. « Neptune » marque le début e l'opération Overlord, nom de code de la bataille de Normandie.

Dans les jours précédant le débarquement, la mise en place d’une énorme flotte s'effectue dans tous les ports

de la côte Sud de l'Angleterre. L’opération était prévue pour le 2 juin mais les aléas météorologiques obligent les alliés à la repousser. Entre 2 h et 3 h du matin ce 6 juin, les navires se positionnent à environ 10 milles au large des plages françaises pour être prêts à lancer l’assaut. Puis ce sera le débarquement sur les plages du nord-est du Cotentin et de l'Ouest du Calvados dans les secteurs (d'Ouest en Est) d’Utah Beach et Omaha Beach et de la pointe du Hoc pour les Américains, Gold Beach pour les Britanniques, Juno Beach pour les Canadiens et Sword Beach pour les Britanniques (incluant les Français Libres des Commandos Kieffer).

La flotte alliée est composée de 6 939 navires provenant de huit marines différentes, principalement l'US Navy et la Royal Navy, mais aussi de nombreux navires : - des flottes de pays du Commonwealth, - des frégates des Français Libres (dont le Commandant Querville, à la tête de la 1ere division de frégates, qui commandera les escorteurs du groupe de débarquement américain « Chama » face à Omaha Beach), - des bateaux de la marine royale norvégienne, - des cargos armés des marines marchandes polonaise, néerlandaise, belge et danoise). Les Britanniques de la Royal Navy déploient aussi deux sous-marins miniatures appelés X-Craft, positionnés près des plages pour guider la flotte d'invasion.

Dans les airs, les Américains envoient leurs parachutistes de la 82ème Airborne au dessus de Sainte-Mère-Eglise. Les Britanniques quant à eux ont déployé la 6eme division aéroportée pour prendre d'assaut « Pegasus Bridge » sur le canal de Caen.

Au soir du D-day, le débarquement est un succès et l'état-major américain estime même que les pertes humaines sont moins lourdes que prévu : 10 600 tués, blessés ou disparus, contre les 25.000 que les généraux avaient envisagés dans le camp allié (dont 10 français des commandos Kieffer). 6.500 morts dans le camp allemand.

Au final, la bataille de Normandie coûtera la vie à 140.000 soldats, alliés ou allemands, sans compter des civils. Mais la Libération est en marche